next up previous contents Next: Le gestionnaire de fichiers Up: Les commandes de base. Previous: Les pages d'info.   Table des matières  


5.9 Commandes fondamentales.

Vous pouvez vous entraîner à utiliser les commandes suivantes:

bc
est un programme de calcul manipulant des nombres à grande précision. Il est utile pour réaliser tout type de calcul en ligne de commande. Son utilisation vous est laissée à titre d'exercice.


cal [[0-12] 1-9999]
retourne un calendrier agréablement formaté, du mois courant, d'un mois sélectionné, ou des mois d'une année donnée. Essayez cal 1 pour le plaisir et cal 9 1752, année où le Pape a effacé quelques jours pour compenser une erreur d'arrondi.


cat <nom de fichier> [<nom de fichier> ...]
écrit le contenu des tous les fichiers affichés à l'écran. cat peut regrouper des fichiers lorsque l'expression suivante est utilisée: cat <fichier1> <fichier2> ... > <nouveau_fichier>. Le fichier intitulé <nouveau_fichier> contiendra le résultat d'une concaténation (c'est-à-dire une mise bout-à-bout) du contenu des fichiers donnés en argument.


clear
nettoye le texte du terminal courant.


date
retourne à l'écran la date et l'heure. (La commande time exécute un programme entièrement différent).


df
correspond à disk free et vous indique la quantité d'espace libre sur votre système. L'espace disponible est usuellement exprimé en kilooctets (1024 octets) (bien que sur certains systèmes UNIX les unités sont de 512 ou 2048 octets). La colonne la plus à droite mentionne les répertoires avec leur espace libre correspondant, dans la colonne juste à côté.


dircmp
compare les répertoires. Cette commande compare les répertoires entre eux pour déterminer si des changements ont eu lieu. Vous devrez souvent déterminer par quels sous-répertoires ou fichiers se distinguent deux arborescences différentes sur deux ordinateurs différents (par exemple pour tester s'il y a des fichiers manquants). Exécutez la commande man dircmp (c'est-à-dire dircmp(1)). (Ceci est une commande du System V et, en principe, elle n'est pas présente sur LINUX. Vous pouvez néanmoins comparer des répertoires grâce à Midnight Commander, mc).


du <directory>
correspond à disk usage et renvoie la quantité d'espace occupé par un répertoire. Cette commande est appliquée récursivement dans tous les sous-répertoires du répertoire désigné en argument. du -s <répertoire> peut ne renvoyer qu'un résumé. Testez aussi:
du --max-depth=1 /var et du -x / sur un système avec /usr et /home sur des partitions séparées [voir la section 19.3].


dmesg
renvoie à l'écran le journal des messages affichés durant la phase d'initialisation du système. Pour l'instant, ces messages ne vous sont peut-être pas encore explicites.


echo
affiche un message au terminal. Essayez echo 'bonjour', echo $[10*3+2], echo '$[10*3+2]'. La commande echo -e permet l'interprétation de certaines séquences incluant un backslash. Par exemple, echo -e "\a" affiche une cloche ou fait émettre un son via votre terminal. echo -n fait la même chose mais sans pratiquer de saut de ligne. En fait, elle ne provoque pas de saut entre la ligne de saisie et l'affichage de votre invite. echo -e -n "\b" applique un retour en arrière sur une lettre (back-space), ce qui écrase le dernier caractère imprimé.


exit
permet la déconnexion de la session en mode console et ferme un terminal en mode graphique tout en vous laissant dans votre session.


expr <expression>
calcule l'expression numérique expression. La plupart des opérations arithmétiques que vous connaissez seront effectuées. Essayez expr 5 + 10 '*' 2. Notez les blancs entre les paramètres et la préséance des opérations (* est exécuté avant +).


file <fichier>
affiche le type de données contenues dans un fichier. La commande file portrait.jpg vous dira que c'est une donnée image JPEG, standard JFIF. La commande file détecte une quantité très importante de types de fichier, sur chaque plate-forme. file fonctionne en vérifiant que les premiers octets d'un fichier correspondent aux séquences d'octets appelés nombres magiques. La liste complète de ces nombres est stockée dans /usr/share/magic. [Le terme ``nombre magique'' sous UNIX désigne normalement les séquences d'octets ou de nombres qui ont une signification déterminée. Ces nombres magiques sont créés pour le code source, les formats de fichiers et le système de fichiers].


free
renvoie à l'écran la mémoire libre disponible. Vous noterez deux listes: l'espace de swap et la mémoire physique. Elle sont contiguës pour l'utilisateur. L'espace de swap est une extension de la mémoire, extension installée sur le disque. Bien sûr, son accès est lent par rapport celui de la mémoire vive, mais elle fournit l'illusion de plus de mémoire RAM disponible. Elle évite la possibilité d'un dépassement de mémoire RAM (ce qui est ``fatal'').


head [-n <lignes>] <fichier>
affiche la liste des n premières lignes d'un fichier ou les 10 premières lignes par défaut si l'option -n n'est pas renseignée (voir aussi la commande tail).


hostname [<nouveau_nom>]
sans options, hostname affiche le nom de votre machine. Autrement, elle remplace le nom de machine par <nouveau_nom>.


kbdrate -r <caractères-par-seconde> -d <délai-de-répétition>
modifie la vitesse de répétition des touches du clavier. En majorité, les utilisateurs mettent la valeur de cette vitesse à kbdrate -r 32 -d 250 qui est la vitesse la plus élevée des claviers de PCs.


more
est un afficheur (pager en anglais) qui formate à l'écran un fichier par page entière (sans défilement). Exécutez la commande ls -l /bin > bin-ls et, ensuite more bin-ls. La première commande crée le fichier bin-ls qui contient le résultat de ls exécutée sur le répertoire /bin. Ceci donnera une liste suffisamment longue pour ne pas tenir sur un seul écran car /bin contient de nombreuses entrées. La seconde commande permet de visualiser le fichier bin-ls. Utilisez la barre d'espacement pour passer d'une page à l'autre. Pour sortir, pressez Image key-Q. Vous pouvez aussi tester ls -l /bin | more qui réalisera la même opération, mais en une seule commande composée.


less
est la version GNU de more, mais avec des caractéristiques spéciales. Sur votre système les deux commandes sont peut-être identiques. Avec less, vous pouvez utiliser les touches fléchées pour naviguer dans les pages. Vous pouvez également faire des recherches en appuyant sur Image key-question, en tapant un mot à rechercher puis en pressant Image key-enter. Le mot trouvé sera mis en évidence, et le texte sera parcouru à partir du premier mot trouvé. Les commandes importantes sont:
LESS=-Q

export LESS 



Ensuite, déconnectez-vous et reconnectez-vous. Néanmoins, ceci est un aparté qui prendra son sens plus tard).

lynx <url>
ouvre une URL dans une console [une URL est une adresse web nommée Uniform Ressource Locator].


links <url>
links est un autre type de navigateur web en mode console.


nohup <commande> &
exécute une commande en arrière-plan. La commande produit le fichier nohup.out dans votre répertoire home. Si, par exemple, vous effectuez nohup tar cvf home.tar * & le fichier nohup.out contiendra la liste des fichiers archivés. Pour la commande tar, voir la section 5.13. nohup présente une caractéristique intéressante: elle continue de travailler même après que vous soyez déconnecté. L'usage de la commande nohup deviendra évident plus tard.


sleep <secondes>
réalise une pause de <secondes> secondes. Voir aussi la commande usleep.


sort <fichier>
affiche le contenu d'un fichier avec les lignes éditées par ordre alphabétique. Créez un fichier appelé telephone, chaque ligne contenant une courte entrée d'un annuaire téléphonique. Ensuite tapez sort telephone, ou sort telephone | less et constatez ce qui se produit. sort présente beaucoup d'options intéressantes comme effectuer un affichage en ordre inverse (sort -r), éliminer des entrées multiples (sort -u), ignorer les espaces blancs en début de lignes (sort -b), etc. Voyez sort(1) pour plus de détails.


strings [-n <len>] <fichier>
retourne un fichier binaire, mais en ôtant tout caractère illisible. Les groupes de caractères lisibles sont placés sur des lignes séparées. Si vous avez un fichier binaire dont vous pensez qu'il contient des informations intéressantes mais de manière complètement illisible lorsque vous l'affichez normalement, utilisez strings pour en extraire les informations importantes: essayez less /bin/cp et ensuite strings /bin/cp. Par défaut, strings ne retourne pas les séquences de taille inférieure à 4. L'option -n étend cette limite.


split ...
divise un fichier en plusieurs fichiers séparés. Cette commande peut être utilisée lorsqu'un fichier est trop long pour être copié directement sur une disquette. Il est alors nécessaire de le morceler en fichiers d'1 Mo, par exemple. Sa commande soeur csplit peut diviser un fichier selon des lignes spécifiques du texte. Ces commandes sont parfois utilisées telles quelles, mais aussi, le plus souvent, par des programmes qui manipulent des textes.


tac <fichier> [<fichier> ...]
écrit le contenu de tous les fichiers, à l'écran en renversant l'ordre des lignes -c'est-à-dire en affichant la dernière ligne en premier. tac est cat écrit à l'envers et se comporte comme tel.


tail [-f] [-n <lignes>] <fichier>
affiche les <lignes> lignes d'un fichier ou les 10 dernières lignes par défaut si l'option /-n n'est pas donnée. L'option -f signifie ``surveiller le fichier pour les lignes qui ont été ajoutées à la fin du fichier'' (voir aussi head ci-dessus),


uname
imprime le nom du système d'exploitation UNIX utilisé. Dans ce cas: LINUX.


uniq <fichier>
imprime un fichier de manière à ce que les lignes multiples soient supprimées. Le fichier doit d'abord être trié.


usleep <microsecondes>
fait une pause de <microsecondes> microsecondes [1/1.000.000 de seconde],


wc [-c] [-w] [-l] <fichier>
compte le nombre d'octets (avec -c pour caractère), ou de mots (avec -w) ou de lignes (avec -l) dans un fichier,


whatis <commande>
donne la première ligne de la page de man correspondant à <commande>, sauf si la page n'existe pas; dans ce cas, le message affiché est nothing appropriate,


whoami
retourne à l'écran votre identifiant.


next up previous contents Next: Le gestionnaire de fichiers Up: Les commandes de base. Previous: Les pages d'info.   Table des matières  
1-01-2006